Un projet IT sans analyse vous coûte 4 à 5 fois plus cher

Analyse informatique

L'informatique des grandes entreprises.

Dans le monde des grandes entreprises, il est totalement inconcevable de débuter un nouveau projet informatique sans passer par une série de phases telles que l'analyse détaillée, les spécifications de base, l'architecture, la conception, l'implémentation, les tests approfondis, l'installation et le déploiement.

 
Et s'il s'agit d'un projet lié à un site internet ou à une boutique e-commerce, ces étapes seront complétées par une étude du design des pages web, de l'ergonomie de fonctionnement, du respect de la charte graphique, et de la compatibilité des navigateurs.

Pourquoi tant d'étapes ? Pourquoi s'obliger un tel parcours ?

Tout simplement car ces sociétés ont compris qu'il s'agit là du seul et unique moyen de réaliser un projet fiable aux coûts les plus bas, et le plus adapté à recevoir des évolutions ultérieures.

Un exemple loufoque.

Pour ne prendre qu'un exemple, imaginons qu'un dirigeant d'une marque automobile se décide à lancer un nouveau modèle en contactant directement l'atelier, leur demandant de se mettre au travail sans tarder.
Sans aucun plan, sans être au préalable passé par l'étape "ingénieurs", "design", "motorisation", "transport", etc.
A peine un châssis sera-t-il créé qu'il faudra le modifier car ne convient pas aux ancrages du moteur.
Puis le remodifier à nouveau car l'allonger serait plus adapté aux 5 portes, puis encore modifié car un modèle SUV est plus tendance, etc.

Vous pensez que j'exagère ?
Et avez très certainement raison...pour ce qui concerne le monde des grandes entreprises.
Plus aucune n'oserait se risquer à débuter un nouveau projet sans une analyse précise reprenant les différents passages obligés.

Mais pourquoi le schéma de travail serait-il différent pour une PME ?

Tout simplement car sans une analyse précise, l'estimation de la complexité du projet et de son planning sont toujours sous-estimés.
L'informaticien prétend pouvoir mener à bien le projet en proposant des délais irréalistes, qui coûteraient moins chers à la PME.

Mais ces délais ne seront jamais tenus.

Pire, le développement sera bancal, totalement instable, fera apparaître très rapidement des "effets de bord", des erreurs dans d'autres parties de votre système d'information.
Il sera alors nécessaire de revenir dans le code, le modifier et le remodifier durant des jours, des semaines, des mois.
En définitive, après des délais qui auront explosés, des coûts qui atteindront des sommets, vous vous retrouverez avec une "usine à gaz", une application incertaine, impossible à faire encore évoluer, mais que vous accepterez néanmoins car vous avez pris la responsabilité du choix de cette solution.

Si l'on représente ce type de développement hasardeux sur une ligne de temps, pour un projet prévu sur deux mois, on peut le représenter comme ci-dessous.
Avec les nombreuses réunions qui annoncent des changements dans le projet, des nombreuses phases de corrections des développements déjà réalisés pour s'adapter aux changements demandés.

Planning projet IT sans analyse

 

Un projet qui devait durer 2 mois, en prendra 8 à 10, et accouchera d'une base de données mal pensée, limitée, d'un design approximatif, d'un codage complexe, illisible et peu propice à de futures évolutions.

En optant pour la solution de facilité, qui semble la plus rapide et la moins onéreuse, en omettant une analyse sérieuse, la PME va au-devant de surcoûts inévitables, de délais multipliés par 4 ou par 5, et d'une solution qui ne tiendra pas 2 ou 3 ans. Qu'il faudra recommencer de A à Z.


L'analyse d'un projet n'est pas un investissement démesuré.

Bien souvent, lorsqu'il faut intervenir pour réparer les dégâts, le patron de PME précise que s'il a choisi cette solution "de facilité", c'était car sa petite société n'est pas à comparer avec une multinationale, et qu'une "analyse" semblait être réservée aux grandes entreprises, qu'elle lui est impayable, que cela prend trop de temps.

Et c'est là qu'est l'erreur. Le terme "Analyse" représente aussi bien l'étude globale faite pour un projet important d'une grosse société, que pour un travail plus réduit, plus adapté aux PME. Il fait peur aux PME.
Il n'est nul besoin de passer des semaines et des semaines d'analyse pour réussir un projet informatique, pour mettre toutes les chances de son côté, avoir la garantie que le travail sera effectué dans les temps, et répondre à la demande.

 

Le projet IT en 8 étapes.

 

Quelles sont les phases et conseils que l'on peut mettre en avant pour votre nouveau projet  ?

1) Réunion initiale.

La première chose est de débuter par une réunion qui accueillera tant le patron de la PME, que l'utilisateur final de ce projet. Cela peut être un responsable commercial, un magasinier, ou 2 à 3 "clients" que vous connaissez bien s'il s'agit d'un projet qui impactera vos clients (boutique e-commerce par exemple).
Durant cette réunion, la demande sera expliquée, cadrée, limitée.
Ce que l'on attend, mais aussi ce que l'on ne veut pas.
Bien sûr, on ne pensera pas à tout lors de cette première réunion, c'est normal. L'important est de débuter et de formaliser cela par un petit rapport de quelques pages qui sera transmis à tous les participants.

2) Pré-analyse.

La seconde phase revient à l'informaticien.
Il va imaginer une solution, tant au niveau du design de la base de données (tables utilisées, dépendances, champs, contrôles, etc.), que des écrans qui serviront aux utilisateurs. Cette seconde étape, selon l'amplitude du projet, peut varier fortement.
Mais bien souvent, dans le monde des PME, on se situera entre 2 et 10 jours.

3) Réunion de présentation.

La 3ème étape est une nouvelle réunion, avec les mêmes interlocuteurs. S'il s'agit d'un projet "web", la présence du graphiste lié à la société est intéressante afin qu'il puisse donner son avis et prendre part à la discussion. L'informaticien propose sa solution et attend les réactions.
A ce niveau, ce que l'on attend des personnes présentes n'est pas de proposer un revirement total, mais simplement des remarques, des améliorations qui peuvent s'intégrer au projet, le rendre plus convivial, plus adapté à l'utilisateur final.

4) Formalisation.

Vient ensuite la formalisation finale faite par l'informaticien en tenant compte des remarques, et avec l'aide (éventuelle) du graphiste.
Tout cela va très vite. De un à 3 jours semble une bonne fourchette.

5) Réunion de confirmation.

La dernière réunion ne sert plus qu'à avaliser ce qui se trouve sur le document papier.
Celui-ci reprendra le résumé de la demande initiale, le schéma simplifié de la base de données (pour information), une maquette de chaque écran qui sera développé avec les couleurs, l'emplacement des logos, des champs, des boutons, etc.

Si des rapports sont prévus par le projet (listes, graphiques, etc.), leur maquette doit également être jointe au document proposé.

Ici encore, plus question de modification majeure.
S'il y a des remarques, elles doivent être intégrables sans devoir repasser par une étape d'analyse + réunion.

Toute modification souhaitée qui ne serait pas implémentable facilement fera l'objet d'une évolution future du programme.

6) Le développement.

Nous arrivons enfin dans la phase de développement réel. L'informaticien s'en charge parfois, ou sous-traite cela à une autre personne, un autre partenaire. Le document qui a été avalisé par tous sera la "bible" de l'écriture du code.
Durant cette phase, il est totalement proscrit que de nouvelles demandes proviennent de la PME pour modifier le projet.

Car changer la donne en cours de développement est la pire erreur à ne pas commettre.
Cela "tuerait" votre projet.

7) La phase de tests.

Après la phase de développement, l'informaticien mettre son module en phase de tests.
Ce seront les utilisateurs finaux qui se chargeront de ces tests (ou une personne de la PME à même de le faire).
Ils passeront quelques heures à tester l'application, mettront sur papier leurs remarques qui seront centralisées par le développeur.

8) Les corrections.

Le développeur apportera les corrections demandées, et mettra l'application en production.

Projet informatique avec analyse

 


Au total, 3 réunions. Et un planning respecté.

Le plus important est de définir la demande dès le départ. De bien la cerner.

Et si vous avez oublié quelque chose ?
Bien souvent l'informaticien y pensera pour vous et la proposera d'emblée dans sa première formalisation.

Le plus dangereux, changer la demande en cours de développement.

Si vous respectez ces quelques règles, très schématisées, il y a de fortes probabilités que votre projet soit mené à bien dans les délais, dans le budget annoncé, et qu'il sera ensuite évoluer sainement car la base de donne aura été bien conçue, l'ergonomie bien pensée.

Vous avez TOUT à y gagner.

 

 

 

Impact d'un blog sur vos ventes.

Augmenter vos ventes

L'article ci-dessous est extrait du châpitre 2 de mon nouveau livre "Comment créér un blog en moins d'une heure" (Eyrolles - 11/2015).

L'impact d'un blog dépasse de plus en plus celui d'une campagne publicitaire.

Les annonceurs se sont rendus à l’évidence, l’impact d’un blog qui publie régulièrement des articles en faveur d’une marque dépasse de plus en plus celui d’une campagne publicitaire classique.
La raison en est simple, les lecteurs qui lisent ces blogs spécialisés ne le font pas au hasard.
Il s’agit précisément d’abonnés aux publications de ce blogueur, ou d’internautes effectuant une recherche spécifique sur Google.
Nous sommes bien de la cadre d’un public très ciblé, très réceptif aux messages publiés.


Par opposition, les campagnes d’affichage, les campagnes télé ou ciné s’adressent à une audience de masse. À tous les conducteurs qui passent par cette avenue, à tous les spectateurs devant leur TV à l’heure de diffusion de la publicité, sans aucune notion de ciblage.


Or, les spécialistes en marketing le savent, plus une campagne est pointue, ciblée, plus son impact sera important.


Les grandes marques n’hésitent plus à se servir des blogueurs, à les chouchouter, pour qu’ils continuent à publier des billets les concernant. Sachant que c’est une arme à double tranchant. Car même si ces blogueurs se voient privilégiés par ces grandes marques, s’ils reçoivent quelques avantages par-ci par–là, la grande majorité de ces auteurs n’hésitera pas à critiquer un produit de la marque s’il le juge moyen ou médiocre. Ces blogueurs se situent entre la campagne publicitaire « de masse » et les célèbres « avis des utilisateurs » dont nous sommes friands.

4,34 fois plus de pages référencées dans Google.


Pour ne vous donner qu’un exemple sur la réalité de cette prise au sérieux des blogs par les grandes sociétés, je me souviens que récemment une grande marque automobile de luxe a offert à 8 blogueurs influents dans ce domaine un week-end d’information dans les alpes françaises. Jugez plutôt du programme :

  • Un exemplaire d’une voiture haut de gamme de la marque était livré chez chaque blogueur la veille du week-end (ne rêvons pas, juste pour un week-end).
  • Chacun devait rejoindre les alpes selon le parcours qu’il souhaitait, tous frais payés, afin de tester ce nouveau véhicule.
  • À l’arrivée, voiturier, chalet grand luxe agrémenté de tout le confort des palaces actuels en ce compris cuistot à disposition.
  • Durant le bref séjour, débriefing du trajet, informations complémentaires sur le véhicule, puis sorties « entre connaisseurs ».

Ce type de week-end, proposé par cette grande marque à ces 8 personnes, représente un budget très important. Croyez-vous un seul instant que ce fut à perte. Bien au contraire. Dès leur retour ces 8 blogueurs, totalisant ensemble plusieurs dizaines de milliers de lecteurs intéressés, se sont rués sur leurs claviers pour résumer leur week-end, publier les plus belles images que leur avait transmis le photographe de service, et dire tout le bien qu’ils pensaient de ce nouveau modèle. Impact du message: 100% de lecteurs conquis, dont certainement de futurs acheteurs.


Une récente étude, publiée en 2014 par social4retail, intitulée « Why blogging is good for your business » relevait les statistiques suivantes.

  • 61% des consommateurs (aux Etats-Unis) prennent leur décision d’achat sur base d’un article publié sur un blog.
  • 37% des responsables de marketing estiment que le blog est l’outil le plus important de leur panoplie.
  • Les sites d’e-commerce qui disposent d’un blog comptent, en moyenne, 4,34 fois plus de pages référencées dans Google qu’une boutique sans blog.
  • Les sites d’e-commerce de type « BtoB » qui disposent d’un blog ont 67% de plus de prospects ciblés qu’une boutique sans blog.

Un blog d'entreprise augmente le nombre de clients

 


Linkedin 

Au sujet des blogs d'entreprise j'aimerais vous conseiller la lecture d'un excellent article récemment paru dans LinkedIin, signé par Marco Bertolini, dont le titre est:

Le blog d'entreprise, outil ringard ou pièce maîtresse de votre stratégie en ligne ?

Pour accéder à la lecture de cet article: Lien vers la page sur LinkedIn

O via le Lien vers la page FaceBook de Marco Bertolini.

 

 

 

L'importance des images en e-commerce

 go-pro hero 3

La frustration de l’achat en ligne.

Essayez de vous remémorer votre dernière visite dans un magasin de vêtement. Un vrai, disposant d’une élégante vitrine, deux ou trois adorables vendeuses qui se proposent de vous aider dans vos choix, des piles et des piles de polos, de pantalons, de pulls de tailles et couleurs différentes, impeccablement  rangés. Un espace feutré, agréable, propice à l’achat.
Vous vous dirigez vers le coin des jeans, but de votre déplacement. Y repérez, parmi les nombreuses étagères, celles qui correspondent à votre marque préférée.
Il ne vous reste plus qu’à trouver la bonne couleur, la bonne taille…et c’est gagné.

Croyez-vous un seul instant que vous allez sortir de ce casier le jeans qui vous correspond et vous diriger directement vers la caisse ?
Certainement pas ! Vos premiers gestes seront de prendre ce jeans, le déplier, regarder attentivement la face avant, le détail des coutures, les poches.
Puis vous le retournerez pour voir l’arrière, si l’écusson de la marque est suffisamment visible, si les passants ne sont pas trop petits pour votre ceinture.
Enfin vous vous attarderez sur la forme des jambes, sur la finition de l’ourlet.

Ce n’est qu’une fois ces manipulations effectuées, que vous vous dirigerez vers la cabine d’essayage afin de finaliser votre choix et passer ensuite à la caisse.
Sur internet, aucune de ces manipulations qui poussent votre décision à l’achat ne subsiste. Vous ne pouvez ni toucher l’article, ni le déplier, le sentir...

Afin de palier à cette frustration liée à l’e-commerce, nous allons devoir compenser ces manquements par une description intelligente de l’article, et par une attention toute particulière aux images que nous allons proposer.

En e-commerce, l’image est cruciale pour pousser le client à l’achat.

Les preuves par l’image.

Grand nombre d’entre vous me diront qu’ils n’achètent jamais de vêtements sur internet car ils ne peuvent les essayer.
Ce n’est plus totalement vrai.
Les acteurs importants de la vente de vêtements sur Internet proposent de plus en plus souvent un excellent service gratuit de retour de marchandises.
Vous permettant ainsi de commander 2 ou 3 articles d’un même modèle, mais de tailles différentes. De les essayer, au calme, chez vous, et de leur retourner les articles qui ne conviennent pas.

Pour démontrer l’importance des images dans notre processus de commande, prenons quelques exemples de sites réels.

L’achat d’un jeans.

Pour un jeans « femme », le site des Galeries Lafayette nous propose un article contenant seulement 2 images peu détaillées.

jeans dame galeries lafayette

Ces deux images seront-elles suffisantes pour provoquer chez vous l’achat ? N’avez-vous pas un goût de trop peu ? Également un petit sentiment vous disant que quelque chose ne va pas dans ces photos ? Vous ne savez pas quoi, mais ce sentiment vous freine à l’achat.

Prenons un second exemple. Le site de La Redoute, une des références en e-commerce orienté « vêtements », nous propose 6 photos différentes pour un même jeans. De face, de côté, une vue arrière, un détail de la particularité de la poche avant, une vue rapprochée de la poche arrière et de la forme générale des fesses dans ce jeans.

jeans dame la redoute

La Redoute va encore plus loin. Elle se met à la place de la cliente qui se demande si ce jeans irait également avec une autre paire de chaussure plus « fermées » que celles présentées sur les 5 premières photos, et présente son article assorti d’une autre paire de chaussure et d’un chemisier d’une couleur légèrement différente.

Outre le nombre et la qualité des images, vous constaterez aussi que dans ce second exemple, les mains ont été particulièrement soignées, les chaussures sont visibles. L’acheteuse peut clairement s’identifier dans ce jeans.  Elle s’y voit déjà. Elle est conquise.

Dans l’exemple précédent, celui des Galeries Lafayette, ce petit sentiment négatif était provoqué par l’absence de mains et de pieds alors que l’image présentait clairement un jeans mit par une personne. Un détourage excessif qui porte préjudice à la vente.

Vous me direz peut-être, "C'est probablement vrai pour des vêtements, mais pour des produits simples, je ne suis pas convaincu".  Permettez-moi de vous proposer un second exemple, dans un domaine on ne peut plus différent.

Second cas, le produit anti-limaces.

Le premier exemple ci-dessous, en provenance d’une jardinerie, nous montre une boîte de produit anti-limaces de la marque Myriad, simplement déposée sur un siège en bois.

myriad anti limaces

Sur un autre site, ce même produit de la même marque, nous est proposé dans son nouvel emballage.
Trois images claires et précises pour nous permettre de voir la face avant, la face arrière, et la notice sur le côté (que le zoom du site permet de lire).

myriad anti limaces

 

Si vous deviez acheter ce produit sur internet, à prix égal, vers quelle boutique vous dirigeriez-vous ?

L’image influence réellement notre choix, elle fait la différence !

Pour votre boutique en ligne, la sélection et la qualité des images sont très importantes.
Il s’agit d’un travail de longue haleine mais qui s'avère toujours payant.

 

Information: le texte de cet article est un petit extrait du chapitre 9 du livre "E-commerce, tout savoir avant de créer sa boutique en ligne !"

 

Dernières News

Déclaration d'impôts belge, l'absurdité à tous les étages

3 juillet 2017
Déclaration d'impôts belge, l'absurdité à tous les étages

Quand l'état belge se fout de ses citoyens. Dans de nombreux pays, la simplification administrative permet au citoyent de progressivement tenter de s'accomoder des outils proposés par l'état. En Belgique,...

Yoast SEO pour WordPress

20 juin 2017
Yoast SEO pour WordPress

  Créer son blog en moins d'une heure.   (Bernard Eben - Editions Eyrolles)   L'extension Yoast SEO pour WordPress.   S’il est un sujet important pour un blog, c’est...

En e-commerce, ne pas tester peut vous côuter très cher.

20 novembre 2016
En e-commerce, ne pas tester peut vous côuter très cher.

Les nouvelles versions, les modules ne sont pas toujours fiables. Bien souvent, vous vous dites: "La nouvelle version de mon logiciel d'e-commerce est disponible, elle m'intéresse, vite installons-la !" Mais...

Un projet IT sans analyse vous coûte 4 à 5 fois plus cher

1 janvier 2016
Un projet IT sans analyse vous coûte 4 à 5 fois plus cher

L'informatique des grandes entreprises. Dans le monde des grandes entreprises, il est totalement inconcevable de débuter un nouveau projet informatique sans passer par une série de phases telles que l'analyse...

Impact d'un blog sur vos ventes.

19 novembre 2015
Impact d'un blog sur vos ventes.

L'article ci-dessous est extrait du châpitre 2 de mon nouveau livre "Comment créér un blog en moins d'une heure" (Eyrolles - 11/2015). L'impact d'un blog dépasse de plus en plus...

L'importance des images en e-commerce

25 octobre 2015
L'importance des images en e-commerce

  La frustration de l’achat en ligne. Essayez de vous remémorer votre dernière visite dans un magasin de vêtement. Un vrai, disposant d’une élégante vitrine, deux ou trois adorables vendeuses...

Créer son blog en moins d'une heure - Bernard Eben

27 août 2015
Créer son blog en moins d'une heure - Bernard Eben

Créer son blog en moins d'une heure. L'alimenter, l'améliorer, le promouvoir. (Bernard Eben - Editions Eyrolles) Introduction. L’objectif de cet ouvrage est de vous accompagner dans la création de votre...

Blog sous WordPress en support au nouveau livre sur les blogs

21 août 2015
Blog sous WordPress en support au nouveau livre sur les blogs

Créer son blog avec WordPress (manuel). Fin 2015 paraitra, aux éditions Eyrolles, mon nouveau livre « Créer son blog en moins d’une heure – L’alimenter, l’améliorer, le promouvoir ». Dans...

E-commerce, les 3 éléments incontournables pour réussir.

17 mai 2015
E-commerce, les 3 éléments incontournables pour réussir.

La réussite n'est pas le fruit de l'approximation. Trop souvent les e-commerçants se plaignent de résultats qui ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. Ils estiment avoir mis...

Votre page d'accueil est comparable à la guerre des restaurants de Top Chef.

11 mai 2015
Votre page d'accueil est comparable à la guerre des restaurants de Top Chef.

  Source et droits de cette image: Top Chef 2015  RTL et M6. L'ergonomie d'un site e-commerce est primordiale. Top Chef, la guerre des restaurants. Pour ceux qui ne connaissent...

E-commerce, la description produit qui vous fait gagner.

4 mai 2015
E-commerce, la description produit qui vous fait gagner.

  Mettez toutes les chances de votre côté. Il peut y avoir de multiples raisons pour lesquelles un site ne donne pas envie d'acheter. Dans un précédent article "E-Commerce, votre...

The Voice, ou comment une stratégie marketing pourrait influencer les résultats.

31 mars 2015
The Voice, ou comment une stratégie marketing pourrait influencer les résultats.

Des surprises étonnantes. Ce 30 mars 2015, l’émission « The Voice Belgique » nous a réservé quelques surprises étonnantes.Pour rappel, il s’agissait des premiers « live ». Pour chaque «...

Partenaire